Partitions

Du 11 février au 14 février 2016

La Tannerie est heureuse de contribuer à la réactivation des Partitions de François Seigneur.

Elles ont déjà été présentées dans l’exposition « Table à desseins » (été 2013).

Unt ouvrage a été édité par La Tannerie à 100 exemplaires, à l’occasion de la présentation des partitions et interprétations à la Galerie 6 Elzévir, 75 003 Paris, en février 2016.

50 exemplaires sont numérotés et signés par François Seigneur.

Pdf de visualisation à voir en bas de page…

Partitions / Interprétations

Bertrand Lavier expose la différence du « rouge bordeaux » entre Novémail et Ripolin.

C’est en 1990. J’avais trouvé ça génial.

Mon père était pianiste. Nous avions deux pianos à queue dans le séjour. Hors de question de ne pas jouer. Que ce soit bien, moins bien ou très mal, trop vite, trop lentement, avec affectation les jours de cafard, avec entrain de temps en temps et avec élégance dans les meilleurs jours, le même morceau en voyait de toutes les couleurs.

Il y a maintenant 30 ans, j’ai voulu tenter en peinture la même chose que pour la musique. Interpréter et faire interpréter par d’autres une peinture écrite comme peut l’être une partition. Bien que les notes et codes, accompagnés d’indications permettant d’être au plus près des intentions de l’auteur, soient les mêmes pour tous, cela n’empêche pas les interprètes de nous livrer des versions parfois bien éloignées.

Que ce soit fortissimo, moderato, agitato furioso ou pianissimo pour la musique d’un certain temps et puis grâce à Eric Satie “sur le bout de la langue“, “en y regardant à deux fois“ ou “ ne pas trop manger“ et autres métaphores qu’il faut lire attentivement pour tenter de les traduire, les mots qui accompagnent les notes nous indiquent dans quelles intentions il faut jouer.

Dans mes partitions, les notes et les rythmes sont des graphismes et des couleurs. Les harmonies sont leurs superpositions. Je donne le modèle du signe à interpréter en indiquant les matériaux, leur intensité et leur rythme.

Pour l’instant et dans cette première tentative, contrairement à l’interprétation musicale, le tempo d’exécution sera libre. A l’opposé de la musique par laquelle il est inimaginable d’écouter simultanément plusieurs versions, les différentes interprétations de peintures seront présentées côte à côte et dans le même temps.

Fourneau le 15 juin 2013

F Seigneur