Marie Cécile Aptel

Marie-Cécile Aptel est née à Paris en 1958. Elle vit et travaille à Rouen.

Elle est représentée par la galerie Pascaline Mulliez à Paris.

Son travail est entré dans les collections de la Mairie de Paris, de la Collection EDF, du FRAC Haute-Normandie et de la Collection CAVIAR.

 » … /… Marie-Cécile Aptel utilise presque « textuellement » les éléments fondamentaux de l’abstraction d’un Vassily Kandinsky : point, ligne, plan. Elle structure son espace à l’aide de cette géométrie qui permit à la peinture de s’affranchir des contraintes de la représentation. Simplement, si l’artiste reprend à son compte ces deux composantes conquises historiquement, elle les met à mal elles aussi, à l’instar de ses toiles et papiers.

Les couleurs -comme de juste- sont fondamentales ou primaires, rarement mélangées, elles se recouvrent parfois partiellement ou non mais n’usent presque jamais de leur pouvoir de transparence. Les formes sont en revanche approximatives, fragiles, brèves, hâtives, elles se juxtaposent mais de manière aléatoire, posées côte à côte elles sont répétitives sans être identiques pour autant. Quelque mot, chiffre ou lettre ponctuent arbitrairement l’espace sans que leur sens ne soit ici convoqué, ils ont seule valeur picturale. Quant au geste, il est brut, sommaire presque archaïque et confine parfois au gribouillis ; l’habileté est ailleurs.

On est loin de la rigueur géométrique. C’est peut-être la formation initiale de l’artiste au dessin qui, primant sur la conquête plus lente de la peinture, explique cela. Marie-Cécile Aptel aurait conservé dans ses peintures l’esthétique singulière à la discipline du dessin, à savoir ce caractère d’exercice où s’appréhende l’espace, où s’éprouve la forme et où s’expérimente la couleur. »

Pascaline Mulliez, février 2014