Franck Mas

Né en 1971, Franck Mas est auteur, metteur en scène et scénographe.

Architecte d’intérieur de formation, diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Arts de Paris. Parallèlement il suit à l’Ecole nationale des Arts Décoratifs un enseignement en histoire de l’art contemporain et poursuit une formation de philosophie à la faculté de Tolbiac.

Il se tourne rapidement vers la scène et crée à San Francisco l’opéra contemporain Without ourselves du compositeur et chercheur à l’IRCAM Emmanuel Déruty. À San Francisco l’année suivante, on lui confie la création de l’opéra de chambre Le terrain vague de Benjamin Hamon, dont il dirigera également la mise en scène, la co-scénographie, les éclairages, et créera les chorégraphies. Cette œuvre sera reprise au théâtre du Rond-Point des Champs Elysées l’année suivante. Il co-met en scène ensuite l’opéra Bonjour Monsieur Gauguin de Fabrizio Carlone qu’il crée à Venise. Franck MAS est aussi appelé par Philippe Cohen, directeur du ballet du Grand théâtre de Genève, à créer deux scénographies, Le Sacre du printemps et In memoriam sur le requiem de Fauré, avec laquelle il entrera au répertoire de l’opéra national de Tbilissi en Géorgie.

Egalement auteur de théâtre, Franck MAS a écrit six pièces : Tragédie pour deux espaces, +1, Sauf que, Gênes, File d’attente et Happy Birth’die, dont il dirige les mises en scène et crée les scénographies.

Il s’illustre également en tant que plasticien. Son œuvre et ses nombreuses installations ont notamment été présentées à la galerie Felix Fulpa, Santa Cruz Californie, à l’église Saint-Sulpice de Paris, au centre d’art contemporain de Morsang sur Orge, au Salon d’art contemporain Montrouge et au salon des jeunes créateurs européens dont il reçoit le prix Européen pour son installation The miss Peggy’s wedding day voilà, voilà, voilà.

Depuis 2012 pour La Tannerie, Franck Mas est dans l’équipe qui assure le commissariat des expositions.

Son travail (incroyable richesse dans ses carnets) a aussi été présenté dans l’exposition collective « Tables à desseins ».